Architecture et jardins dans l’Europe du XVIIIe siècle : recréer des Chines miniatures

Echanges artistiques entre la France et la Chine au XVIIIe siècle, architecture et jardins

lundi 12 octobre 2015, par DETARD Défendin, article consulté : 171 fois
JPEG - 21.9 ko
Les TraAM en histoire des arts
Portail national HDA : http://urlc.fr/HOSycd

Objectifs :

  • Comprendre comment l’architecture en France et en Chine s’influencent-elles mutuellement au XVIIIe siècle ?
  • Comprendre les débats sur le jardin anglo-chinois au XVIIIe siècle.

Documents dont disposent les élèves :

Doc 1 : Photographie de la Maison de thé chinoise conçue pour Frédéric le Grand (1754-1757), Château de Sans-Souci, à Potsdam :
Maison de thé chinoise conçue pour Frédéric le Grand à Potsdam
Doc 2 : Photographies de la Pagode de Chanteloup près d’Amboise construite à la demande du duc de Choiseul en 1775 :
Pagode de Chanteloup près d'Amboise
Pagode de Chanteloup près d'Amboise
Doc 3 et doc 4 : Gravures reproduites dans le numéro 813 de la revue Historia, représentant le Trianon de porcelaine à Versailles (1670-1687) et le Palais des eaux claires construit entre 1747 et 1759 par le petit-fils de l’empereur Kangxi dans son Palais d’été de Pékin :

JPEG - 213 ko
Le Trianon de porcelaine à Versailles (1670-1687)


JPEG - 239.8 ko
Le Palais des eaux claires à Pékin (1747-1759)


Doc 5 : Plan des jardins à la française à Versailles et plan des jardins à l’anglaise à Versailles, visibles sur le site de Versailles à l’adresse suivante : http://www.chateauversailles.fr/resources/pdf/fr/plans/plan_general_fr.pdf

I. la mode des fabriques : construire des Chines en miniature

Que font les élèves ?

  • Analyser l’architecture de ces bâtiments tout en isolant ce qui concerne la référence à la Chine et entretient les clichés (doc 1 et 2).
  • Faire un travail de recherche au CDI sur les architectures influencées par l’art chinois et présentes dans les jardins dont voici quelques exemples : pagode des jardins de Kews (Angleterre), pavillon chinois du jardin de Stowe (Angleterre), pavillon chinois du château de Drottningholm (Suède), le kiosque de Lunéville de Stanislas Leszcynski, pavillon chinois de Chantilly, pavillon chinois de Laxenbourg à Vienne… (de nombreux exemples dans le livre de D. Jacobson, Chinoiseries, 1993).
  • Les élèves comparent les documents 3 et 4 pour expliquer en quoi la résidence d’été du Palais de la clarté parfaite s’inspire des palais européens tout en intégrant des spécificités chinoises (toit aux bords incurvés).

II. du jardin à la française au jardin dit « anglo-chinois » : des influences réciproques entre l'Europe et la Chine

Étude de la mode des jardins anglo-chinois

Documents possibles :
Gravures du père jésuite Matteo Ripa du palais d’été et des jardins de l’empereur Kangxi, voir site de la BNF : http://expositions.bnf.fr/chine/grand/c135c.htm
Gravures des Jardins impériaux de Jéhol du même auteur (v. 1713).
Vues aériennes du jardin de Trianon à Versailles et du jardin à la française.

Que font les élèves ?

  • A l’aide du document 5, les élèves comparent les jardins de Le Nôtre à Versailles avec le jardin anglo-chinois du Trianon voulu à Versailles par Marie-Antoinette (allées droites ou courbes, arbres taillés ou arbres de différentes hauteurs, buis taillés ou non, formes géométriques ou non).

Conclusion  :
Europe et Chine, des influences dans tous les arts aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Objectif final :
Faire réaliser par les élèves un schéma heuristique reprenant les thèmes étudiés et listant les domaines artistiques étudiés tout en reprenant le vocabulaire spécifique associé.

Utilisation des TICE :
Le schéma heuristique peut être réalisé à partir du logiciel libre Freemind(pour PC ou Mac) ou du logiciel en ligne (pas besoin d’installer) Framindmap.