La carte comme espace amoureux

Pistes de travail :

On donnera à lire l’extrait de Clélie, Histoire romaine aux élèves, puis on leur demandera de tracer un croquis
mettant en espace leur représentation mentale de la carte évoquée. Nous attendons des élèves qu’ils comprennent
qu’il s’agit d’un pays imaginaire inventé au XVIIe siècle.

Cette carte et cet extrait sont moins une cartographie qu’une représentation allégorique des chemins qui conduisent
à l’amour. C’est un itinéraire digne de la Préciosité de l’époque. Pourtant, l’esthétique de la carte reprend celle de
l’époque (dont on voit ci-dessous des illustrations), mais en la travestissant pour en faire une géographie
amoureuse.

Nous proposerons aux élèves d’établir des points communs et des différences entre les cartes géographiques
proposées et la « carte du tendre ».

PNG - 503.4 ko
Bienvenue dans mon archipel et bonne navigation d’ile en ile, c’est-à-dire de livre en livre...
http://www.erik-orsenna.com/index.php


La carte comme espace mental

Pistes de travail :

Il s’agira de donner d’abord l’extrait des Chevaliers du Subjonctif aux élèves, afin qu’ils repèrent qu’il y est question de
l’évocation et du repérage d’une île, définie par des conjugaisons.
Nous demanderons aux élèves de distinguer les différents sites perçus par Jeanne et le cartographe, puis d’essayer de
représenter un croquis de l’île de l’Infinitif.

Nous comparerons ensuite les productions des élèves entre elles, puis nous leur montrerons celle reproduite ci-dessus.
Les élèves seront amenés à comprendre que le livre d’Orsenna développe un espace géographique mental cohérent
avec son projet d’imaginer un monde des mots.
Le travail de cartographie n’a plus ici aucune valeur objective. Pourtant, visuellement, il s’agit bien d’une carte
représentant différents espaces (mer en bleu, îles en jaune, forêts en vert). Nous sommes habitués à cette codification.
Ici, le cartographe dessine à sa manière, mais en plus, il dessine un espace imaginaire, imprégné de l’influence littéraire,
plus précisément grammaticale, de l’écrivain.
Il s’agit d’envisager le monde avec des repères linguistiques.

PDF - 618.4 ko
Présentation des séances