Du réalisme au romantisme, un parcours pluridisciplinaire (français, histoire, allemand) dans la thématique des mouvements culturels en classe de quatrième axé sur le regard que les artistes (écrivains et peintres) portent sur leur temps et nous invitent à notre tour à porter sur ce siècle.

Thème d'histoire des arts

Arts, espace, temps

Disciplines concernées

Français, Histoire, Allemand

Période historique

Le XIXe siècle

Problématique

Quel regard les artistes portent-ils sur leur siècle et quel regard nous invitent -ils à adopter, dans une perspective "réaliste" ou "romantique" ?

Objectifs

  • Connaître deux mouvements majeurs du XIXe siècle en France et un peintre majeur du romantisme allemand, présentés autour du fil conducteur du regard et en dégager les principales caractéristiques.
  • Porter un regard aguerri sur les œuvres artistiques du XIXe siècle.
  • Apprendre à regarder, à lire différents supports.
  • Mettre en lien des supports écrits avec des supports iconographiques.
  • S’interroger sur une peinture et savoir mettre en relief sa composition par le biais de la description et de la scénarisation.
  • Comprendre que le regard de l’artiste se porte sur le monde dans lequel il vit et offre un témoignage sur une époque et une réalité données à voir.

Déroulement de la séquence

Cette séquence suppose que le professeur de Lettres intervienne en premier lieu et trouve un écho en Histoire pour le Réalisme puis en Allemand pour le Romantisme.

A noter :
La séquence proposée en Allemand s’intègre de façon justifiée dans la perspective retenue. Toutefois, les apprentissages linguistiques dominent ici, comme l’exige la matière. Cela ne nous a pas semblé gêner le projet. La séquence entrerait donc en résonance, en ouverture d’un chapitre sur l’environnement, sur lequel les élèves auraient travaillé auparavant.

Powerpoint - 1.6 Mo
Présentation d’ensemble de la séquence

Dans un premier temps, le professeur de lettres travaille sur le réalisme pour faire comprendre aux élèves comment procède le regard réaliste.

Supports littéraires

 :

  • Incipit d’ Yvette de Guy de Maupassant, Contes et nouvelles, édition complète Omnibus, 2008 (p297)
  • Prologue au catalogue de la grande exposition de Courbet en marge de l’Exposition Universelle de 1855

Supports iconographiques :

- Jean Béraud, 1889, Le boulevard des Capucines , Le théâtre du Vaudeville et La Pâtisserie Cloppe

JPEG - 13.9 ko
La pâtisserie Cloppe. Béraud.


- Gustave Caillebotte, Rue de Paris par temps de pluie, 1875,
- Edouard Manet, Nana, 1877,
- Jean-Baptiste Corot, Le Beffroi de Douai, 1871,
- Jean-François Millet, L’Angelus, 1858

Dans un second temps, le professeur d’histoire précise les caractéristiques du réalisme en peinture. Il s’agit de mettre en évidence la condition ouvrière et paysanne ainsi que certains modes de vie sans omettre de faire comprendre aux élèves que ces "réalités" passent par le filtre du regard des artistes

Supports iconographiques :

  • Les repasseuses, Edgard Degas, 1884-1886, musée d’Orsay.
  • Les glaneuses, J.F. Millet, 1894, mis en parallèle avec Les glaneurs, huile sur toile de Nikolaï Kasatkine, 80.3x107 cm, musée d’Etat russe .
    PNG - 312.5 ko
    Les glaneurs, Nikolaï Kasatkine.
  • Les Raboteurs de parquet, G.Caillebotte, 1875, musée d’Orsay,
  • Le laminoir,Adolph von Menzel, 1875, 153x253 cm, musée de Berlin.

Ensuite, le professeur de français aborde le romantisme sous l’angle de la poétique des ruines pour faire comprendre aux élèves comment procède le regard romantique.

Support littéraire :

Extrait d’Itinéraire de Paris à Jérusalem, François-René de Chateaubriand, folio classique, 2005.

Supports iconographiques :

Ruines romaines avec le Colisée, Hubert Robert, 1798, musée du Louvre,

JPEG - 24.5 ko
Ruines romaines avec le Colisée. Hubert Robert.


Portrait de Chateaubriand, Girodet, 1809.

Dans le même temps, le professeur d’allemand fait écouter aux élèves un extrait d’une séquence de Jörn présentant les falaises de craies blanches de sa région natale, mentionnant Caspar David Friedrich. Il propose ensuite aux élèves de s’exprimer sur le tableau de Friedrich Kreidefelsen auf Rügen

JPEG - 13 ko
Les falaises de craie de Rügen. C.D.Friedrich.


autour des personnages et du paysage, à partir de fiches de travail divisant la classe en cinq groupes de travail. Un tableau permettra d’apporter aux élèves du vocabulaire sur les personnages et sur la nature, aux premier et second plans. Un travail d’invention de monologues des personnages sera l’occasion d’apprécier la créativité et la subjectivité des élèves. Le projet se poursuivra autour de l’axe de la caricature du tableau de Friedrich par Horst Haitzinger intitulée Rügen.